lambretta maugein tête

Le Rétromobil club s'associe à la ville de Tulle pour restaurer le triporteur Maugein, petit morceau d'histoire de la ville. Un appel aux dons est lancé.

Le Rétromobil club est associé à la restauration du triporteur Maugein, que la ville de Tulle conserve au sein de la collection du Pôle Accordéons. Il s'agit d'un véhicule publicitaire, acquis en 2001, provenant de l’usine d’accordéons Maugein Frères à Tulle.
Il s’agit d’un triporteur Lambretta modèle F300 - Fourgonnette tôlée - n°de série 004686 - immatriculé 811 BQ 19 (1ere mise en circulation du 18 décembre 1957). Ce triporteur est le seul véhicule publicitaire de l’usine d’accordéon Maugein Frères parvenu jusqu’à nous, utilisé de 1957 aux années 1970 pour amener de l’usine à la gare les accordéons expédiés par le train. Il présente l’intérêt d’avoir conservé son marquage publicitaire d’origine peint en lettres rouges et jaunes sur les deux côtés de la caisse. C’est un élément du patrimoine identitaire de la Ville de Tulle auquel de nombreux habitants sont attachés.

Une histoire tulliste

L’entreprise Maugein est fondée en 1919-1920 à Tulle par un accordéoniste amateur, Jean Maugein, qui décide d’entreprendre la réparation d’instruments. Associant à l’aventure ses deux frères cadets, Antoine et Robert en 1922, la société prend le nom d’Etablissement Maugein Frères, installée dans un atelier rue du Grillon à Tulle. L’activité s’oriente alors vers la fabrication, réparation et vente d’instruments. Dès 1923, l’entreprise en plein essor, se transfère rue du Docteur Faugeron dans un local d’environ 100 m2.
En 1924, la construction d’une nouvelle usine s’avère indispensable. Les bâtiments s’élèvent rue Maurice Caquot dans la Cité Cazeau avec une superficie de 700 m2. Dans le contexte des bals musettes qui se développent dans l’entre-deux guerre, la production des accordéons diatoniques est délaissée au profit d’une production en série d’accordéons chromatiques.
En 1938, l’expansion importante de l’entreprise nécessite l’édification d’une nouvelle usine, rue d’Arsonval, sur une superficie d’environ 3,000m2. Malgré une modernisation par la mécanisation des systèmes de production (1937- 1938), ils gardent une fabrication semi-artisanale qui permet de privilégier la qualité organologique et l’adaptabilité technique et esthétique . En 1939, la fabrique « Maugein Frères » est une marque renommée à l’exportation. Après la seconde guerre mondiale, les accordéons Maugein s’enrichissent de nouvelles adaptations répondant aux nouvelles modes (ergonomie du clavier, caisses à décor spécifique).
Parallèlement, les mentalités changent : l’Amérique et le jazz s’imposent. Le rock’n roll et la guitare détrônent l’accordéon devenu l’expression d’une génération antérieure. La manufacture Maugein accuse ce changement marqué par une régression de ses ventes. Par ailleurs les frères Maugein, âgés, se retirent progressivement. L’entreprise, en grande difficulté, est reprise le 8 septembre 1981 par René Lachèze, soucieux de préserver l’usine familiale qu’il dirigera jusqu’en 2013. En novembre 1984, une nouvelle usine est installée dans la zone industrielle de Mulatet, à la sortie de la ville. L’instrument vit une sorte de « revival » dans la musique de variétés au sein de laquelle une nouvelle génération d’artistes, musiciens, chanteurs lui accorde à nouveau une place.
Dans les années 2000, les « Accordéons de France-Maugein » tentent des expériences pour la modernisation et l’élargissement des gammes produites. Malgré les efforts, l’entreprise ne réussit pas à prendre le virage de la modernité. En janvier 2014, l’entreprise, menacée de disparaître, est reprise par une nouvelle équipe dirigeante après appel à des investisseurs publics et privés.
Aujourd’hui, la «Manufacture d’Accordéons Maugein», labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant , avec à sa tête Richard Brandao, poursuit la fabrication et la vente d’accordéons. La restauration vise à préserver ce témoignage unique de la vie de l’usine Maugein Frères à Tulle, dans la perspective d’être une pièce statique d’un futur parcours permanent.
La restauration ne vise pas une remise en état de marche mais la préservation et la remise en état de présentation, en conservant les pièces d’origine dans la mesure du possible.

Comment restaurer ?

Le triporteur est un élément inscrit à l’inventaire de la collection du Pôle Accordéons, labellisée « Musée de France ». Suivant le Code du Patrimoine, toute restauration d’un bien d’un musée de France est précédée de la consultation de la Commission scientifique de Restauration. Elle est réalisée sous la responsabilité de professionnels. La commission scientifique interrégionale de restauration en date du 16 mars 2017 a émis un avis favorable sur le projet de restauration et le choix des restaurateurs intervenants. Le conseil municipal de la ville de Tulle a approuvé le projet, le budget prévisionnel ainsi que le calendrier.
Le Rétromobil Club de Tulle a souhaité être actif dans ce projet de restauration aux côtés du Pôle Accordéons. La restauration de ce véhicule est un projet collectif placé sous la conduite d’un restaurateur habilité associant le Rétromobil Club pour certaines actions.
Le véhicule sera conservé après la restauration à son emplacement actuel, dans le bâtiment du Pôle Accordéons. Il sera placé sur un soclage, fabriqué selon les préconisations établies par la restauration.
La restauration de ce véhicule est portée par la Ville de Tulle avec le concours financier de l’Etat-DRAC Nouvelle- Aquitaine. Est également partenaire du projet la Fondation du Patrimoine, qui a lancé une campagne de mécénat populaire afin de contribuer au
financement de la restauration via son site internet.
Le Retromobil Club de Tulle participe activement à la restauration en réalisant le nettoyage de la partie mécanique du triporteur. La Manufacture d’accordéons Maugein est la première entreprise mécène du projet.
Deux tranches de travaux sont prévues : 2017, 11.035 euros ; en 2018, 16.355 euros. Coût total de l’opération : 27390 euros.

Les dates

Juillet - août 2017 : 1ere intervention de la restauratrice Isabelle Devergne à Tulle et mise en place du protocole de nettoyage du bloc moteur avec les membres du Retromobil.
16 et 17 septembre 2017 : dans le cadre des journées Européennes du Patrimoine, ouverture exceptionnelle du Pôle Accordéons de 14 h à 18 heures ; avec la participation du Retromobil Club, explication du projet et présentation de véhicules.
30 septembre 2017 : départ du triporteur pour l’atelier d’Isabelle Devergne.
Juin 2018 : Achèvement de la restauration.

Soutenir le projet

Vous souhaitez soutenir le projet et faire un don en ligne ou télécharger le bulletin de don ? Rendez-vous sur le site de la Fondation: https://www.fondation-patrimoine.org.